Alignement climatique : ING passe à l'étape suivante

Alignement climatique : ING passe à l’étape suivante

ING a réalisé une première analyse de son portefeuille de prêts afin de l’aligner sur l’objectif de l’Accord de Paris et limiter le réchauffement climatique bien en deçà des deux degrés, une stratégie que nous nommons l’approche Terra.

Nous publions cette analyse dans le Terra progress report. Ce rapport présente la voie empruntée par ING pour parvenir à s’aligner dans les secteurs les plus responsables du changement climatique. C’est une étape importante qui permet d’indiquer les secteurs sur la bonne voie et ceux dans lesquels le travail est toujours en cours. Il est vital de savoir où nous en sommes aujourd’hui pour être capables de tracer la voie vers le monde bas carbone que nous devons bâtir pour demain.

« Grâce à ce premier rapport sur l’état d’avancement de Terra, nous respectons notre promesse de fournir des résultats en toute transparence sur la mesure de l’impact sur le climat, la fixation d’objectifs et le pilotage de notre portefeuille. » indique Ralph Hamers CEO d’ING Group. « Nous faisons des progrès très encourageants et je suis fier de ce que nous avons réalisé jusqu’à présent. »

Nous sommes la première banque à publier tout type d’information relative à l’alignement climatique. Le tableau de bord du rapport indique l’intensité en carbone de certains secteurs dans le portefeuille d’ING et si chacun d’entre eux a) fait mieux ou est sur la bonne voie par rapport au scénario climatique considéré, b) n’est pas sur la bonne voie par rapport au scénario climatique, mais fait mieux que le marché, ou c) fait moins bien que le marché et la voie des deux degrés identifiée.

Par exemple, notre portefeuille de production d’électricité fait à la fois mieux que le marché et que la voie des deux degrés, et nous nous attendons à ce que notre portefeuille automobile fasse mieux que le marché à court terme. Les méthodologies et normes ne sont toutefois pas finalisées pour tous les secteurs. Nous partageons toujours de façon proactive ce que nous pouvons, tout en travaillant à la création de façons viables de rendre compte de la situation avec nos homologues et les secteurs.

Voici un aperçu de l’évolution par secteur. Les cinq premiers ont été analysés.

  1. Immobilier commercial : sur la bonne voie pour l’alignement climatique avec notre portefeuille aux Pays-Bas. Nous voulons atteindre les objectifs de l’Accord de Paris d’ici 2040, soit dix ans avant la date fixée.
  2. Prêts immobiliers résidentiels : pas encore sur la bonne voie, mais nous visons un portefeuille de prêts immobiliers producteur net d’énergie pour 2050.
  3. Production d’électricité : fait mieux que le marché et que la voie des deux degrés.
  4. Automobile : pas encore sur la bonne voie, mais nous visons un portefeuille qui fasse mieux que le marché à court terme.
  5. Ciment : sur la bonne voie pour l’alignement climatique.

Dans ces quatre secteurs, le travail est en cours :

  1. Transport maritime : non inclus dans l’Accord de Paris, mais le secteur a pour ambition de réduire ses émissions de CO2 de 50 % d’ici 2050 (par rapport à 2008). Pour soutenir cette ambition, ING a rejoint les Poseidon Principles.
  2. Aviation : pas non plus inclus dans l’Accord de Paris, mais nous avons pour objectif de porter notre portefeuille de financement aéronautique à 50 % d’« aviation plus performante » en matière de rendement du carburant d’ici 2023 (par rapport à nos 33 % en 2018).
  3. Combustibles fossiles : collaboration avec des think tanks, des ONG et nos homologues sur la méthodologie d’alignement du portefeuille, avec pour objectif de publier les résultats en 2020.
  4. Acier : travail avec nos partenaires et nos homologues sur une mesure du secteur, de sorte à pouvoir comparer notre portefeuille et le mettre sur la voie des deux degrés, avec pour objectif de publier nos résultats en 2020.

Nous faisons des choix de financement

Nous nous sommes engagés sur la voie de l’alignement en dialoguant avec nos clients et en faisant des choix de financement. Cela implique de continuer à dire non par exemple aux centrales à charbon et oui aux projets qui favorisent les énergies renouvelables, l’économie circulaire et aident de façon générale à lutter contre le réchauffement climatique. Les innovations vont également apporter leur pierre à l’édifice, à l’image de l’Energy Robot dans l’immobilier commercial.

Nous voulons créer un tableau de bord d’alignement climatique pour les particuliers afin de renforcer notre engagement auprès d’eux.

« Cela fait quelque temps que nous nous sommes lancés dans cette aventure et c’est une grande satisfaction de franchir cette étape majeure. » confie Léon Wijnands, Directeur du développement durable chez ING Group.

« Cela a déjà demandé tellement d’efforts, étant donné que nous n’avons pas seulement travaillé sur la mesure de notre portefeuille, mais également discuté avec nos homologues et les gouvernements pour établir une norme dans le secteur. Nous savons qu’il faudra plus d’une banque pour faire la différence. »

Quatre banques nous ont rejoints avec l’Engagement de Katowice en décembre 2018. Il y a désormais également une vingtaine de banques qui pilotent ces méthodologies de mesure avec nous et notre partenaire, la 2˚ Investing Initiative (2˚ii).

L’approche Terra, c’est quoi déjà ?

Il s’agit de la stratégie d’alignement de notre portefeuille de prêts sur l’objectif de l’Accord de Paris et limiter le réchauffement climatique bien en deçà des deux degrés. Nous avons cocréé une façon précise et innovante de mesurer cela, d’abord en se concentrant sur les secteurs responsables de la plupart des émissions de gaz à effet de serre. Pour chaque secteur, nous appliquons la méthodologie la plus appropriée, en partant du principe que plusieurs chemins mènent à Paris et qu’à la fin, seul le résultat compte.