La confiance des consommateurs de retour à ses plus hauts niveaux cet été depuis la crise

La confiance des consommateurs de retour à ses plus hauts niveaux cet été depuis la crise

La confiance des consommateurs français est restée stable à son plus haut niveau depuis la fin 2017. Depuis le début de la crise, la confiance n’a été supérieure au niveau actuel que six mois, en 2017. Cette remontée récente devrait commencer à se marquer dans les chiffres de dépenses de consommation encore à paraître cette semaine et nous pensons que la consommation privée retrouvera son rôle de moteur de croissance au second semestre.

En France, la confiance des consommateurs s’est stabilisée au mois d’août à 102, après sa forte remontée des trois derniers mois. Elle n’avait plus été supérieure à sa moyenne de long terme depuis le mois d’avril 2018. Les craintes du chômage ont particulièrement reflué grâce aux bons chiffres de création d’emplois privés sur les six premiers mois de l’année et le recul du chômage à 8,5%. Les chiffres de l’enquête de l’INSEE parus ce matin montrent cependant toujours une forte volonté d’épargner qui n’a guère faibli depuis février.

La remontée de la confiance des consommateurs n’a pas encore eu le temps de se marquer dans les chiffres de dépenses de consommation qui étaient encore en baisse pour les biens au mois de juin (et sans croissance pour le second trimestre). Nous continuons cependant d’attendre un rebond en seconde partie d’année. En effet, même si la baisse du chômage devrait toucher à son terme au début de 2020, elle se poursuivra dans les prochains mois, continuant de soutenir la confiance et tempérant les volontés d’épargne. Le coup de pouce fiscal annoncé par le gouvernement devrait également faire sentir ses effets en seconde partie d’année ; nous ne pensons pas qu’il sera entièrement épargné. Les chiffres de ce matin pourraient déjà se marquer dans les chiffres de dépenses de consommation à paraître plus tard cette semaine pour le mois de juillet aux côtés de la révision des chiffres du PIB du second trimestre.

Le climat des affaires en France était globalement stable au mois d’août, on notera cependant que la légère détérioration des intentions d’embauche confirme notre vue selon laquelle l’embellie sur le terrain de l’emploi pourrait se terminer au tournant de l’année.

Dès lors, la consommation privée (qui n’a progressé que de 0,2% ToT au second trimestre après 0,4%) devrait donc reprendre quelques couleurs en seconde partie d’année. Cependant, l’effet de base est important et il est peu vraisemblable que cette amélioration porte la croissance 2019 de la consommation au-delà de 1,2%, après 0,9% seulement en 2018. Ce n’est probablement que lorsque les ménages auront le sentiment de reconstituer leur épargne que les mesures prises auront un effet d’accélération plus marqué sur la consommation privée. C’est pourquoi nous prévoyons une croissance de 1,4% en 2020.