Une double récession de plus en plus probable

Une double récession de plus en plus probable

La détérioration de la confiance des entreprises, principalement dans le secteur des services, et les nouvelles mesures de restrictions font craindre une nouvelle récession en France. L’impact des mesures actuelles de lutte contre le coronavirus (dont le couvre-feu) pourrait s’établir entre -1% et -2% sur la croissance économique du quatrième trimestre 2020, la poussant en territoire négatif. 

Dégradation de la confiance des entreprises, surtout dans le secteur des services

En France, l’indicateur du climat des affaires de l’institut de statistique INSEE s’est replié à 90 en octobre, après avoir atteint 92 en septembre. Le mois d’octobre marque donc la fin du rebond de l’indicateur, entamé depuis qu’il avait atteint son point bas de 53 en avril pendant le lockdown. L’indice PMI Markit de l’activité en France confirme cette tendance, en se repliant encore une fois pour atteindre 47.3 en octobre, après 48.5 en septembre, soit son plus bas niveau depuis 5 mois. 

La baisse du climat des affaires s’observe aussi bien dans l’industrie que dans le secteur des services et dans celui du commerce de détail, mais elle est beaucoup plus marquée dans le secteur des services, où l’indicateur baisse de plus de 5 points en un seul mois. L’indice PMI du secteur des services s’établi lui encore plus profondément en territoire de contraction (46.5 après 47.5 en septembre), alors que celui du secteur manufacturier est toujours au-dessus de 50 (51 contre 53.3 en septembre). Il y a donc, comme dans le reste de l’Europe, une vraie disparité entre secteur manufacturier et secteur des services, ce dernier subissant davantage les conséquences de la pandémie. Enfin, l’indicateur du climat de l’emploi en France se dégrade également et atteint 89, soit 3 points de moins que son niveau de septembre (92). Les perspectives d’emploi restent nettement inférieures à leur niveau d’avant crise (105).

Une reprise en « W » est à attendre

La dégradation du climat des affaires et des indicateurs PMI en France s’explique principalement par l’impact économique très négatif de la situation épidémique actuelle et des nouvelles mesures de restrictions prises petit à petit au cours des dernières semaines pour endiguer la propagation du coronavirus. Notons néanmoins que les indices ne tiennent pas compte de toutes ces nouvelles restrictions car les enquêtes se sont étalées sur la première partie du mois d’octobre (et jusqu’au 19 et 22 pour le climat des affaires et les PMI, respectivement).

En particulier, le couvre-feu mis en place entre 21h et 6h dans une large partie du territoire (qui couvre 70% de la population française), impacte fortement le secteur des services. En particulier, en raison du couvre-feu, la restauration, ainsi que les secteurs des arts et spectacles, se trouvent obligés de fermer au moment de la journée où ils réalisent la plus grande part de leur chiffre d’affaires. La fermeture complète des bars et salles de sports dans ces mêmes villes n’arrangent rien à la situation. Nous estimons que les mesures actuelles de restrictions auront un impact direct sur la croissance du PIB au quatrième trimestre de l’ordre de -0.6 à -1%. A côté de l’impact direct sur l’offre, les mesures restrictives auront également un impact négatif sur la demande, avec une prudence accrue de la part des ménages et des entreprises dans leurs comportements de consommation et d’investissement, en raison de l’incertitude pour l’avenir. Dès lors, l’impact complet des mesures actuelles de luttes contre l’épidémie sur la croissance économique trimestrielle pourrait doubler et s’établir aux alentours de -1% à -2%. En conséquence, la probabilité d’un nouveau trimestre de croissance négatif en France est très grande et le scénario d’une reprise en forme de W devient central.