Entreprises et syndicats s’unissent pour agir contre le changement climatique

Entreprises et syndicats s’unissent pour agir contre le changement climatique

ING rejoint plus de 70 PDG, entreprises et dirigeants syndicaux aux États-Unis pour insister sur la nécessité d’une action climatique et souligner l’importance de l’Accord de Paris. Cette déclaration appelle également le gouvernement américain à ne pas quitter l’Accord de Paris.

Alors que les décideurs politiques mondiaux commencent à se rassembler à Madrid pour le sommet annuel de l’ONU sur le climat, entreprises et syndicats (représentant 12,5 millions de travailleurs américains) affirment être confrontés à une crise climatique majeure et qu’il relève de leur responsabilité de lutter ensemble.

Il y a maintenant quatre ans, les gouvernements du monde entier ont signé à Paris un accord ambitieux sur le climat. Depuis lors, les entreprises, les syndicats et les acteurs de la société civile s’y sont ralliés. Le mois dernier, les États-Unis ont commencé à se désengager officiellement de l’Accord de Paris après avoir déclaré leur intention de le faire en 2017. ING se joint aux entreprises, syndicats et acteurs de la société civile pour exhorter le gouvernement américain à ne pas quitter l’Accord de Paris.

Une alliance unique

C’est le résultat d’une alliance unique en son genre : les entreprises et les syndicats s’unissent pour souligner l’importance d’une transition stable vers une économie à faibles émissions de carbone. Non seulement pour saisir les opportunités économiques que cela représente, mais aussi pour en faire profiter les travailleurs. En effet, pour les travailleurs, une transition ordonnée et équitable est préférable au fait de laisser les gouvernements et les entreprises remettre à plus tard tout changement pour devoir ensuite se démener pour rattraper leur retard lorsque le temps commencera à manquer.

Les opportunités économiques sont manifestes. En 2018, l’énergie propre employait 3,3 millions d’Américains – trois fois le nombre de travailleurs employés par les énergies fossiles – et les employeurs estiment que ce nombre devrait augmenter de 6 % d’ici fin 2019. Les prévisions indiquent également que le passage à une économie à faibles émissions de carbone représente une opportunité de croissance mondiale de l’ordre de 26 000 milliards de dollars.

 Engagés pour tenir la promesse de Paris

La transition vers une économie faible en carbone exige un cadre politique qui favorise une planification et des investissements à long terme. Les institutions financières du monde entier se fixent des objectifs de portefeuille alignés sur ceux de Paris. Les Principes pour une banque responsable et l’Engagement collectif en faveur de l’action pour le climat, soutenus par l’ONU, offrent aux banques des lignes directrices. Plus de 3 800 entreprises, villes et États américains, représentant près de 70 % du produit intérieur brut du pays, se sont engagés à tenir la promesse de Paris.

ING croit en une transition vers une économie à faibles émissions de carbone et poursuit cet objectif par le biais de l’approche Terra, notre stratégie pour orienter notre portefeuille de prêts conformément à l’objectif des 2°C fixé lors de l’Accord de Paris. Cette transition implique également une transition ordonnée et équitable de la main-d’œuvre. Soutenir la déclaration était pour ING une décision évidente.