08 juin 2021


ING dirige un groupe de travail pour aider à décarboniser le secteur de l’acier

ING et cinq autres banques ont formé un groupe de travail pour agir sur le climat dans le secteur de l’acier.

Les banques, qui sont toutes des prêteurs de premier plan pour l’industrie sidérurgique, vont définir des normes communes pour mesurer les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs climatiques, soutenant ainsi de manière proactive la décarbonisation du secteur. ING dirigera ce groupe de travail.

L’acier est essentiel à la vie moderne. De nombreuses industries disposent de technologies à faible émission de carbone mais le secteur de l’acier, qui émet environ 7% des émissions énergétiques mondiales et dépend fortement du charbon, ne dispose pas actuellement d’alternatives commercialement viables. Étant donné que le secteur génère une forte intensité de carbone, on s’attend à ce que les institutions financières soutiennent sa décarbonisation mais, jusqu’à présent, les institutions financières ne disposent pas des outils pratiques pour le faire efficacement.

Le groupe de travail sur le financement aligné sur le climat pour le secteur de l’acier sera composé de représentants de haut niveau des équipes Métaux et Mines de chaque banque. Il travaillera à la rédaction d’un accord de financement aligné sur le climat pour le secteur, y compris le champ d’application, les voies d’émissions, les méthodologies et la structure de gouvernance. Il s’alignera autant que possible sur d’autres initiatives. L’objectif est de définir les meilleures pratiques mondiales en faveur du climat pour les institutions financières qui facilitent la production d’acier.

« Le défi que doit relever le secteur de l’acier pour se décarboniser est important car les technologies alternatives n’ont pas encore fait leurs preuves et ne sont pas encore commercialisées. » a déclaré Arnout van Heukelem, responsable mondial métaux, mines et engrais chez ING. « En dirigeant ce groupe de travail, nous marquons notre volonté de contribuer à définir ce que la transition énergétique signifie pour le secteur et nos clients. Il nous aidera également à définir nos attentes en matière de changement et à définir une trajectoire ambitieuse mais réaliste pour atteindre ces ambitions. »

L’ambition du groupe de travail est de définir une trajectoire jusqu’en 2050 pour atteindre une production d’acier de zéro nette. Les résultats de ce groupe de travail seront finalement intégrés à l’approche Terra d’ING qui utilise des méthodologies sectorielles dans le but d’orienter notre portefeuille de prêts en fonction des objectifs climatiques mondiaux.

L’accord s’inspirera des « Poséidon Principles », le premier accord financier sectoriel aligné sur le climat pour le transport maritime. Les « Poséidon Principles » ont été lancés en juillet 2019 avec 11 banques signataires représentant 100 milliards de dollars - soit 20% de la dette maritime senior - et le nombre de signataires a depuis plus que doublé pour atteindre 24 signataires représentant 175 milliards de dollars en mars 2021. Élaborés grâce à une collaboration multipartite sans précédent entre les principaux prêteurs maritimes, les entreprises industrielles et les experts, les « Poséidon Principles » ont ouvert la voie à un cadre similaire dans d’autres secteurs, comme l’acier.

Le groupe de travail a pour objectif d’inciter un plus grand nombre de banques à participer à l’accord final d’alignement sur le climat qui sera publié lors de la 26ème Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP26) en novembre 2021. Le groupe de travail s’inscrit dans le cadre de l’initiative « Net Zero Steel » qui a été récemment lancée et est une composante du programme plus vaste Plateforme Mission Possible.