Communiqué de presse

22 avril 2021

ING en France lance "un recrutement de valeurs"

ING en France lance “un recrutement de valeurs”

Une opération inédite pour aller cibler des candidats aux valeurs humaines fortes à l’image de celles de la banque.

« Un recrutement de valeurs » : une opération inédite menée par ING en France avec son agence Rosapark, pour cibler des candidats avec des valeurs à l’image de celles de la banque : ouverture d’esprit, respect des différences, esprit d’équipe, sens de l’éthique et sens des responsabilité.

Une opération qui s’inscrit dans le contexte d’un rapport au travail bouleversé par la crise du Covid. Selon une étude réalisée par OpinionWay pour ING en France, dorénavant 58% des Français affirment être prêts à quitter leur entreprise si le décalage est trop important entre leurs propres valeurs et celles de leur entreprise et 50% sont prêts à perdre en salaire pour faire partie d’une entreprise qui partage leurs valeurs.

ING est une banque qui a une culture d’entreprise forte, appuyée par des valeurs comme l’esprit d’équipe, l’ouverture d’esprit ou encore le respect des différences. Ces valeurs se retrouvent dans le « Code Orange » partagé au sein du Groupe et se traduisent par des faits concrets chez ING en France : un comité de direction paritaire ; un objectif de mixité de genres, d’âges et de nationalités au sein des équipes ; un score de 90/100 au dernier Index de l’Egalité Professionnelle et une distinction Top Employer 2021 pour la 10ème année consécutive entre autres.

« Un recrutement de valeurs » : une opération inédite autour de la sélection de candidats grâce à leurs valeurs et pas seulement à leur CV.

Chez ING, les collaborateurs sont autant évalués sur leur manière de faire vivre le Code Orange que sur leurs réalisations professionnelles. Il en est de même pour les candidats qui sont eux aussi évalués sur la compatibilité de leurs valeurs avec celles de l’entreprise autant que sur leurs expériences professionnelles.

Accompagnée de l’agence Rosapark, ING a ainsi décidé de placer ses annonces de recrutement non pas sur les canaux habituels (sites de recrutement…) mais là où ses valeurs s’exprimaient le mieux : à même le terrain de football de l’école Data Science ENSAI, sur les bandanas de la marque de vêtements responsable HABILE, sur les sous-verres du festival LBGTQ + JERK OFF, sur les packagings de produits 100% naturels BAM&CO ou encore dans les pages mode du magazine TETU.

« Nous sommes fiers de cette opération qui incarne parfaitement notre message de marque et notre signature « do your thing ». Chez ING, nous valorisons la liberté. Auprès de nos clients, notre ambition est de réduire les contraintes bancaires pour permettre à chacun de mieux profiter de ce qui compte dans la vie. Auprès de nos collaborateurs ou futurs collaborateurs, notre ambition est que chacun soit en accord avec nos valeurs et se sente libre d’être lui-même au travail. » explique Yvon Martin, directeur marketing et communication chez ING en France.

« Nos valeurs et notre culture sont des éléments clés qui définissent l’expérience candidat et l’expérience collaborateurs, et constituent le socle de l’expérience client dans une logique de symétrie des attentions. A l’heure du télétravail généralisé, il est encore plus important d’affirmer qui nous sommes et nos valeurs pour favoriser la cohésion des équipes et permettre à chacun de trouver du sens dans son travail, même à distance. » explique Emeline Bourgoin, directrice des Ressources Humaines chez ING en France.

Un film à la tonalité décalée vient présenter cette opération et sera diffusé sur les réseaux sociaux, notamment LinkedIn, à partir du 22 avril.

Une opération qui fait écho à un rapport au travail en pleine mutation : 58% des Français affirment être prêts à quitter leur entreprise si le décalage avec leurs valeurs est trop important selon une étude OpinionWay pour ING en France.

L’opération « Un recrutement de valeurs » part d’un postulat : partager des valeurs avec son entreprise est de plus en plus important pour les Français. La banque a missionné OpinionWay pour réaliser une étude sur cette question auprès d’un échantillon représentatif de la population française.

Premier enseignement, ce postulat se vérifie : 83% des Français disent important pour eux de travailler dans une entreprise qui partage leurs valeurs et 58% affirment être prêts à quitter leur entreprise si le décalage avec leurs propres valeurs est trop important. Il est intéressant de noter par ailleurs que les femmes ont un avis plus marqué que les hommes sur cette question : 91% d’entre elles estiment qu’il est important de travailler dans une entreprise qui partage leurs valeurs, contre 76% des hommes.

« La crise sanitaire a produit un sursaut ou une prise de conscience des salariés sur l’adéquation de leur job à leurs propres valeurs. Ce besoin de valeurs n’est plus l’apanage des jeunes, qui y étaient naturellement très sensibles mais devient la norme puisque les chiffres sont homogènes sur toutes les tranches d’âge. L’effet Covid et la distanciation du salariat qui s’en est suivie avec le télétravail ont favorisé une relativisation et une réévaluation de beaucoup de valeurs. » explique ainsi le sociologue Ronan Chastellier.

Les valeurs que les Français veulent retrouver en priorité dans leurs entreprises : esprit d’équipe (70%), solidarité (68%) et égalité femmes-hommes (62%)

Ce classement montre que les Français attendent des entreprises qu’elles s’engagent en matière de vivre-ensemble et de collectif. Pour chacune de ces valeurs, on observe également une surpondération chez les femmes. Elles sont par exemple 74% à citer la solidarité vs 64% des hommes. Même constant concernant l’égalité femmes-hommes, choisie par 66% des femmes vs 58% des hommes. Mais le plus grand écart de perception se situe ici entre les générations. On observe ainsi que les 18-24 ans sont 81% à estimer que l’égalité entre les genres est fondamentale dans une entreprise, alors que les 35 ans et plus la citent seulement à 62%.

Des valeurs plus que de l’argent

Autre point marquant : 50% des Français seraient prêts à perdre en salaire pour faire partie d’une entreprise qui partage leurs valeurs. 15% accepteraient même une perte de plus de 10% de leur salaire ! Les femmes sont 55% à avoir répondu positivement à cette question vs 44% des hommes. On constate également sur cette question un écart grandissant entre les générations : les 18-24 ans sont 62% à être d’accord vs 38% pour les + 50 ans.

Enfin, ce sondage permet d’éclairer la finalité recherchée par les français dans ce partage de valeurs. C’est la quête de sens dans le travail qui émerge en premier, pour 39% d’entre eux, suivie de la possibilité de trouver une satisfaction autre que juste celle de toucher un salaire (36% d’entre eux et 51% pour les 18-24 ans), et se sentir plus utile (24%).

« La quête de sens devient un facteur clé pour les Français. Bien sûr, il est toujours important de réussir sa carrière, d’obtenir plus de responsabilité, de gagner plus d’argent… Mais désormais, tout cela ne se fait qu’à la condition d’y trouver un sens vertueux quotidiennement » commente Sacha Lacroix, directeur général de Rosapark.