Communiqué de presse

23 mars 2016

Les Européens et l'épargne : je t'aime, moi non plus

Les Européens et l’épargne : je t’aime, moi non plus

ING Direct publie la nouvelle édition de l’étude sur les Européens et l’épargne : Mixed fortunes for savers in Europe. On y apprend notamment que seul 1 Européen sur 4 se déclare serein quant à son montant d’épargne.

Dans son étude Mixed fortunes for savers in Europe, ING Direct propose un panorama inédit des pratiques et sentiments vis-à-vis de l’épargne en Europe. Près de 15 000 Européens se sont exprimés sur l’épargne et l’endettement.

En cas de coup dur, 38% des Européens déclarent n’avoir aucune épargne rapidement disponible. Les Français et les Britanniques tirent leur épingle du jeu, puisqu’ils sont respectivement, seulement 30% et 28%, à s’identifier à cette situation, contre 36% des Allemands et 38% des Italiens. Parmi les Européens ayant de l’épargne, 1 sur 2 déclare avoir 10 000 euros ou moins d’épargne.

Sans surprise, les Européens sont seulement 26% à se sentir à l’aise avec leur montant d’épargne. Un sentiment partagé par seulement 23% des Français mais 34% des Allemands et 39% des Britanniques.

2015 : une année en demi-teinte pour l’épargne 

En 2015, la tendance était plutôt à la contraction de l’épargne. Ainsi, les Européens ne sont que 19% à avoir augmenté leur épargne (16% pour les Français) et pas moins de 27% à l’avoir réduite (35% pour les Français).

La cause ? Une baisse des revenus pour 37% des Européens (43% des Français) et des dépenses inattendues pour 36% (34% des Français), arrivent en tête des raisons invoquées. Enfin, 28% des Européens déclarent avoir tout simplement « pioché dans leurs économies », tout comme 32% des Français et des Britanniques.

Parmi les Européens ayant réussi à accroître leur épargne, 43% l’ont fait grâce à une augmentation de revenus et 36% en prenant de bonnes résolutions. Les Français sont parmi les Européens faisant le plus d’efforts délibérés pour faire grandir leur épargne avec un score de 48% contre 35% des Britanniques, 32% des Italiens et 34% des Allemands.

Les Européens et l’endettement : la fin d’un tabou

1 Européen sur 2 déclare avoir des dettes personnelles (découvert autorisé, prêt sur carte de paiement, prêt étudiant, prêt à la consommation, prêt auprès de la famille et des amis). Un constat partagé par 45% des Français, 48% des Allemands et 49% des Britanniques

Le crédit à la consommation est le format de dettes le plus répandu en Europe, 21% des répondants déclarant en avoir un. Les Français, quant à eux, privilégient le découvert et se placent en tête des utilisateurs de cette forme de dette avec 19%.

Méthodologie

Terrain réalisé par internet entre le 8 et le 29 octobre 2015 auprès d’un échantillon de 14 664 personnes, représentatif de la population de 15 pays dans le monde, âgée de 18 ans et plus.