Elaboration de nouvelles normes relatives aux lettres de crédit grâce à un travail collaboratif

Elaboration de nouvelles normes relatives aux lettres de crédit grâce à un travail collaboratif

Voltron, un consortium dédié au financement commercial basé sur la blockchain, compte aujourd’hui plus de 50 banques et entreprises alors qu’il vient d’achever sa phase d’essai visant à simplifier les lettres de crédit. ING est co-fondateur et co-créateur de la plateforme.

Voltron est une initiative R3 qui s’appuie sur la technologie de la blockchain pour traiter des lettres de crédit papier en moins de 24 heures, alors que ce processus prend habituellement cinq à dix jours. La plateforme adhère en outre aux règles définies par la Chambre de commerce internationale et a pour ambition de devenir la norme du marché en matière de lettres de crédit.

Son fournisseur de technologie CryptoBLK a conçu une solution qui a donné lieu à cinq projets pilotes concluants. Deux d’entre eux ont été menés par ING et HSBC (Cargill et Tricon). 96 % des participants ont déclaré que Voltron leur permettrait d’accélérer le traitement des lettres de crédit, de gagner en efficacité et de réduire les coûts.

Utilisation future

ING a joué un rôle de premier plan dans le développement de Voltron, ce qui n’est toutefois guère étonnant pour une entreprise classée cinquième par forbes pour son potentiel de blockchain. Si le produit minimum viable de Voltron est déjà bien développé et capable d’effectuer des transactions en direct, la version complète ne devrait pas être disponible avant le mois d’octobre 2019.

Chris Sunderman, qui dirige l’initiative exploitant la blockchain pour le financement commercial au sein d’ING, a précisé que la phase d’essai avait donné lieu à une formidable collaboration entre les banques, les entreprises, R3 et CryptoBLK. Elle a également permis de mieux comprendre les possibilités et les avantages qu’offre Voltron, à savoir la digitalisation de bout en bout des lettres de crédit.

« Cette étape contribuera à renforcer l’appui dont bénéficie la plateforme et à développer un réseau de banques plus vaste et bien réparti à l’échelle mondiale, ce qui permettra d’accroître le nombre de transactions lors de la phase de production. », a-t-il ajouté.

ING participe par ailleurs à un autre projet visant à digitaliser les opérations documentaires liées au financement commercial. Komgo se concentre sur un modèle spécifique de lettre de crédit standardisée dédié au commerce du Brent. ING considère Voltron et Komgo comme deux solutions complémentaires, chaque secteur ayant des exigences différentes.