[Vidéo] En 90 secondes – La monnaie-hélicoptère peut-elle relancer la zone Euro ?

[Vidéo] En 90 secondes – La monnaie-hélicoptère peut-elle relancer la zone Euro ?

La nouvelle vidéo signée des économistes d’ING s’intéresse au concept de monnaie-hélicoptère. Alors que la croissance en zone euro reste désespérément atone, une option aussi radicale est-elle à considérer de la part de la Banque Centrale Européenne ?

Teunis Brosens explique, dans cette vidéo d’eZonomics, que la BCE a d’ores et déjà mené une politique d’assouplissement quantitatif et baissé ses taux d’intérêt en dessous de zéro. Mais l’efficacité de ces mesures reste encore sujette à débat.

Augmentation immédiate du pouvoir d’achat

L’économiste s’interroge alors : d’autres options pour stimuler la zone euro sont-elles envisageables ? « Peut-être est-il temps que la BCE envisage une solution plus radicale : la monnaie-hélicoptère. Comme son nom l’indique, faire le choix de cette politique conduit à faire tomber de l’argent du ciel, pour qu’il aille directement sur les comptes bancaires des gens. »

Brosens, toujours : « cela stimule immédiatement le pouvoir d’achat. Il s’agit là d’un moyen beaucoup plus efficace de stimuler les dépenses que les mesures déjà entreprises. » Une analyse positive de 2014 de la monnaie-hélicoptère (rédigée en anglais) est ainsi consultable ici.

Une politique risquée et irréversible

Toutefois, faire le choix d’une telle politique s’avère aussi très risqué. « Les taux négatifs sont susceptibles de remonter à tout moment. Les actifs achetés peuvent être vendus à nouveau. Mais la monnaie-hélicoptère, une fois distribuée, ne peut pas être rachetée par la banque centrale. Il s’agit d’une politique irréversible. Cela affaiblit également le bilan de la banque centrale. » Cela signifie que la zone euro ne va pas voir d’argent tomber du ciel avant un bon moment…

Pour plus d’informations sur ce concept de monnaie-hélicoptère, revenu à la mode au début de l’année 2013, n’hésitez pas à parcourir cet article du site LesEchos.fr :
http://archives.lesechos.fr/archives/cercle/2013/03/20/cercle_68137.htm